C'est une question que beaucoup d'entre nous envisagent à mesure que les budgets se resserrent et que les demandes augmentent. Je sais que nous devons changer notre façon de travailler. En tant que chef de file des communications dans un organisme gouvernemental, quelles sont mes priorités ?

Comprendre nos utilisateurs
J'ai besoin de savoir où se trouve notre public, comment le joindre au mieux et ce dont il a besoin. Sans cela, je dépenserai de l'énergie et des ressources sans savoir si cela nous permettra d'atteindre nos objectifs.

Communications internes
Sans une main-d'œuvre engagée, notre organisation ne sera jamais en mesure de fournir l'ampleur du changement et le service client dont elle a besoin. Nous devons travailler en partenariat avec nos dirigeants pour offrir des communications engageantes et bidirectionnelles avec intégrité et clarté.


Campagnes intégrées
Les équipes de communication ne peuvent plus travailler en isolement fonctionnel. Notre travail doit être pluridisciplinaire, conçu et réalisé de manière à répondre aux objectifs de l'organisation et à pouvoir s'adapter aux réactions en temps réel, et non à la fin d'une campagne. Nous devrions tous atteindre les mêmes objectifs et utiliser notre expertise fonctionnelle pour y parvenir.

Partenariats
Nos publics sont diversifiés, géographiquement dispersés et ont généralement tendance à s'engager avec nous sur une base ad hoc. En tant qu'organisation unique, nous ne serons jamais en mesure de les atteindre par nous-mêmes. Nous avons besoin de compétences pour développer des relations avec des organisations partenaires qui s'engagent déjà auprès de nos utilisateurs afin que nos messages soient entendus au bon moment et au bon endroit.

Les compétences
Cela doit faire partie intégrante de ce que nous faisons. Ce n’est pas agréable à avoir, c’est une compétence de communication clé. La façon dont nos équipes seront pleinement qualifiées dépendra de l'endroit où se trouve l'organisation, mais nous devons y arriver ou nous serons laissés pour compte et n'atteindrons jamais les personnes que nous devons engager.

Prise de risque
J'ai besoin d'une équipe qui a la confiance nécessaire pour prendre des risques (calculés !), qui est prête à échouer, puis à apprendre, et qui a mon soutien pour le faire.

Alors, mon équipe de communication doit s'occuper de tout cela. Il doit également être agile, capable de s'adapter et désireux de développer nos capacités au-delà de celles auxquelles nous sommes habitués. Ce qu’il ne peut pas être est grand, fonctionnellement disparate et isolé. Les communicateurs ont la responsabilité de s'entraider, de partager les ressources et d'apprendre.

Derniers articles :

Vous n avez peut-être jamais entendu parler de lui, mais Sun Wukong, alias le roi singe, est adoré dans le pays le pl...
Wynn Everett Wynn Everett est originaire d'Atlanta, mais elle est partie à l'université pour poursuivre sa carrièr...
Vous connaissez probablement Jon Hamm en tant que Don Draper, l'élégant Don Draper de "Mad Men". Ces dernières année...
"Baby Driver" met en vedette Ansel Elgort dans le rôle-titre en tant que photo au volant. Bébé a commis l'erreur d'ar...
Appeler Atlanta, “Hollywood of the South” (l'Hollywood du sud); ne serait pas une exagération : 320 projets de cin...
Traditionnellement, une agence média planifie stratégiquement où et quand votre message publicitaire et marketing doi...
C'est une question que beaucoup d'entre nous envisagent à mesure que les budgets se resserrent et que les demandes augm...